LES CHEFS DE L'ORCHESTRE
ET LES FILS ROUGES DE LA SAISON

ALEXANDRE BLOCH

DIRECTEUR MUSICAL

Alexandre Bloch affirmera dès le programme d’ouverture quelques-uns des axes forts de son engagement à la tête de l’Orchestre National de Lille. Tout d’abord, le lien avec des compositeurs d’aujourd’hui avec la création française de Tempus Fugit de Magnus Lindberg qui marque le début de la résidence du compositeur finlandais à l’Orchestre. Ensuite, la collaboration avec de grands solistes, comme Emmanuel Pahud qui interprétera le Concerto d’Ibert. Ajoutons à cela, un travail approfondi avec les musiciens de l’Orchestre, en l’occurrence autour du répertoire des Ballets russes de Serge Diaghilev : après L’Oiseau de feu, Daphnis et Chloé, La Valse et Le Sacre du Printemps la saison dernière, ce sera cette fois au tour de Petrouchka.

S’en suivra en novembre un autre programme remarquable, aux couleurs ibériques, avec des compositeurs espagnols de différentes époques, des emblématiques Granados et Turina jusqu’à Cañizares, guitariste et compositeur d’aujourd’hui qui interprétera son concerto Al Andalus. En miroir, Ravel et son Alborada et l’Espagne imaginaire de Debussy avec Iberia.

Et surtout, cette saison, Alexandre Bloch et l’Orchestre nous emmèneront vers un autre monde extraordinaire, un eldorado que constitue la vaste création symphonique de Mahler. Cette intégrale, donnée sur l’ensemble de l’année 2019 offrira le regard d’un jeune chef de son temps sur les univers poétiques, émotionnels et spirituels que le compositeur autrichien créa au tournant au 20ème siècle. Une opportunité unique d’apprécier les trésors que recèlent ces symphonies aux dimensions exceptionnelles. D’autant que se joindront au voyage quelques-unes des plus grandes voix actuelles, ainsi que celles du fabuleux Philharmonia Chorus. Et pour entrer dans l’univers mahlérien, Alexandre Bloch proposera un nouveau concert Smartphony® autour de la Symphonie n°1, “Titan”.

Embarquez pour une épopée musicale avec les musiciens de l’Orchestre emmenés par Alexandre Bloch !

JEAN-CLAUDE CASADESUS

CHEF FONDATEUR

Le cycle du Chef fondateur aura d’emblée le ton épique qui le caractérise, celui d’un subtil échange entre l’Orient et l’Occident. Il débutera avec le Concerto pour violoncelle que Dvořák composa alors qu’il se trouvait aux États-Unis et qui sera interprété par le 1er prix du dernier concours Reine Elisabeth de Belgique, Victor Julien-Laferrière. Le programme nous mènera ensuite au royaume des Mille et une Nuits, cédant aux séductions de la musique que Shéhérazade inspira au russe Rimski-Korsakov.

Nous resterons en Russie pour un chatoyant florilège de ce que ce pays a produit de meilleur musicalement, entre la fin du 19ème siècle et le milieu du 20ème siècle, avec la jubilatoire Ouverture de fête de Chostakovitch, la Pathétique, chef-d’œuvre poignant de Tchaïkovski, et le Concerto de Glazounov avec pour l’interpréter à Lille, l’un des grands noms du violon actuel, Vadim Repin.

Et enfin, c’est à Vienne que Jean-Claude Casadesus nous emmènera pour son troisième programme à la tête de l’Orchestre. La Vienne de Mozart d’abord, avec deux œuvres de la maturité, Così fan tutte dont il dirigera l’ouverture, et le 24ème Concerto pour piano. La Vienne de Richard Strauss ensuite, avec deux œuvres imprégnées par l’ineffable parfum viennois comme l’est la Suite du Chevalier à la rose. Un voyage au cours duquel nous retrouverons le jeune pianiste Víkingur Ólafsson, découvert lors du Lille Piano(s) Festival 2017.

Un cycle enthousiasmant, parfaitement à l’image de Jean-Claude Casadesus.

JAN WILLEM DE VRIEND

PREMIER CHEF INVITÉ

Jan Willem de Vriend approfondit sa collaboration avec l’ONL en proposant un large éventail de compositeurs des 18 et 19èmes siècles : Bach, Mozart et Schubert bien entendu mais aussi des compositeurs plus rarement à l’affiche de l’Orchestre comme Boieldieu, Hummel et le grand génie français Rameau.

Dès septembre et pour un programme de découverte de l’Orchestre en amont de l’ouverture de saison, Jan Willem de Vriend nous offrira un concert exclusivement constitué de grands classiques : l’ouverture de Guillaume Tell de Rossini, la 40ème de Mozart et, pour faire bonne mesure, rien moins que la 7ème de Beethoven.

En octobre, se succèderont en un programme tout en contrastes, la 3ème Suite de Bach et sa sublime “Aria”, le séduisant Concerto pour harpe de Boieldieu qu’interprètera Xavier de Maistre, la première des six grandes symphonies de Mozart et la suite tirée des Boréades, opéra visionnaire de Rameau.

En mars, à nouveau Mozart, mais pour une pièce surprenante, spatialisée, une sérénade pour quatre orchestres ; Schubert et sa “Tragique”, et le Concerto pour trompette de Hummel, avec la jeune Lucienne Renaudin-Vary dont le premier enregistrement, avec l’ONL, est sorti en 2017.

Un cycle avec, au cœur, Mozart, porté par notre charismatique Premier Chef invité.