Les chefs de l'Orchestre et les fils rouges de la saison

Alexandre Bloch

Chef et Directeur musical

Alexandre Bloch entre au cœur de son projet pour l’Orchestre National de Lille. Il nous offrira dix programmes tant à l’Auditorium du Nouveau Siècle qu’en région, à l’étranger et à la Philharmonie de Paris. En compagnie de grands artistes qui partagent sa passion communicative pour la musique, c’est à un voyage au long court qu’il vous convie, de Haydn à Brahms, de Ravel à Bernstein, fils rouges de la saison, en passant par Beethoven, Stravinsky et Parra.

Dès le concert d’ouverture, le Maestro donnera le ton avec le Concerto pour violon de Brahms qui sera suivi de la version intégrale avec chœur du Daphnis et Chloé de Ravel, véritable jalon dans l’histoire de l’orchestre symphonique.

Tout au long de l’année, nous retrouverons donc ces deux compositeurs, Brahms et Ravel. Alexandre Bloch dirigera la Première Symphonie du maître allemand. Après Daphnis et Chloé, il nous mènera dans d’autres paysages raveliens : la Rapsodie espagnole, œuvre prétexte à une débauche de couleurs inouïes, et La Valse “tourbillon fantastique et fatal” selon Ravel lui-même. Haydn, père facétieux de la symphonie, ponctuera la saison avec ses délicieuses Symphonies de la journée mais également la Symphonie n°92 “Oxford”, l’une des plus belles et inoubliables du compositeur autrichien à qui Mozart et Beethoven doivent tant.

Et puis, Alexandre Bloch rendra hommage à Leonard Bernstein à l’occasion du centenaire de la naissance du génial compositeur et chef d’orchestre américain. Si West Side Story (que nous présenterons en ciné-concert) est son œuvre la plus célèbre, notre Directeur musical dirigera MASS, singulière célébration à la fois profane et sacrée, exubérante et profondément humaniste, à la croisée de la comédie musicale et de l’oratorio. Le Maestro réunira plus de deux cents interprètes pour peindre cette fresque monumentale de la musique des années 70.

D’autres chefs-d’œuvre incontournables seront au programme comme la célébrissime 5ème symphonie de Beethoven ou Une vie de héros de Richard Strauss, apothéose du poème symphonique romantique. Il dirigera également Le Sacre du Printemps de Stravinsky, déflagration musicale qui ébranla le XXème siècle de ses rythmes barbares.

Fidèle au répertoire français défendu par l’Orchestre, Alexandre Bloch mettra à l’honneur de grands compositeurs hexagonaux : Ravel bien sûr, mais aussi Saint-Saëns et Tanguy dans un programme consacré à l’orgue avec le soliste Olivier Latry. Et puis, quel plaisir de retrouver la soprano Véronique Gens pour le rare Poème de l’amour et de la mer, œuvre envoûtante de Chausson.

Le chef est très attaché à la musique d’aujourd’hui. On le retrouvera à la tête de plusieurs créations de nos compositeurs en résidence, dont une œuvre d’envergure d’Hèctor Parra, et le Concerto pour serpent et orchestre de Benjamin Attahir, étoile montante du paysage symphonique.

Alexandre Bloch s’ancre définitivement dans son époque. Il développera cette saison avec l’Orchestre de nouveaux formats basés sur l’interaction avec le public pour un concert smartphone, des “Just Play” ou encore des ateliers pendant les concerts.

Vous l’aurez compris, ce sont donc de pétillants programmes qu’Alexandre Bloch proposera tout au long de la saison, entre tradition du grand répertoire et modernité d’interprétation !

Jean-Claude Casadesus

Chef fondateur

Jean-Claude Casadesus, Chef fondateur de l’Orchestre National de Lille, nous offrira trois beaux programmes comme trois étapes affectueuses dans “sa” région dans un calendrier d’engagements internationaux qui ne cessent de se développer. Il mettra à l’honneur cette saison trois compositeurs qu’il affectionne particulièrement et qu’il a enregistrés avec l’Orchestre. D’abord Mahler et sa 4ème Symphonie puis Prokofiev et sa cantate Alexandre Nevski, et enfin Ravel et son admirable recréation des Tableaux d’une Exposition de Moussorgski.

La Quatrième symphonie de Mahler sera l’occasion d’une belle rencontre entre le Maestro et Miah Persson, lumineuse soprano suédoise, qui interprétera également des extraits des Noces de Figaro, sommet du génie lyrique mozartien. Ce sont par ailleurs de grands moments de retrouvailles avec des solistes exceptionnelles. Tout d’abord, Elena Gabouri, mezzo-soprano à la voix chaleureuse et puissante, dont l’Azucena du Trouvère de l’Opéra de Lille a été un véritable coup de cœur pour Jean-Claude Casadesus. Cette amitié musicale les a notamment menés à se retrouver en 2016 pour la 9ème symphonie de Beethoven et en 2017 pour le Requiem de Verdi au Stade Pierre Mauroy. Ils se retrouveront cette fois pour donner vie à la puissante fresque Alexandre Nevski de Prokofiev et la rare Rhapsodie pour contralto, chœur d’hommes et orchestre de Brahms. Pour les accompagner, Jean-Claude Casadesus a choisi le Chœur Philharmonique Tchèque de Brno, ensemble exceptionnel avec qui il a notamment enregistré la Symphonie n°2, Résurrection de Gustav Mahler, sortie en 2016.

Autre artiste que Jean-Claude Casadesus a découverte, cette fois lors d’une tournée de l’ONL au Kazakhstan, la brillante violoniste de l’école russe, Elena Baeva. Elle a été invitée par le Maestro à se produire avec l’Orchestre en fin de saison 2015 au Nouveau Siècle et à la salle Philharmonique de Liège, donnant une époustouflante interprétation du concerto de Tchaïkovski unanimement saluée. Cette saison elle interprétera le virtuose Concerto pour violon n°2 de Prokofiev.

Un cycle donc composé de grands chefs-d’œuvre chers au Chef fondateur de l’Orchestre et placé sous le signe de belles amitiés musicales !

Jan Willem de Vriend

Premier Chef invité

Après de mémorables concerts dédiés à Haendel la saison dernière, Jan Willem de Vriend poursuit cette belle collaboration avec l’Orchestre comme Premier Chef invité.

C’est que le Maestro hollandais est reconnu pour son remarquable travail stylistique qui donne une vision à la fois moderne et historiquement informée du répertoire classique et baroque. Il déploie ce talent avec l’ensemble qu’il a créé, le Combattimento Consort d’Amsterdam, mais aussi avec de prestigieux orchestres comme le Residentie Orkest, l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam ou l’Orchestre Symphonique de Barcelone dont il est également le Premier chef invité. Jan Willem de Vriend insuffle à la musique du XVIIIème siècle un enthousiasme contagieux : un véritable coup de cœur entre l’Orchestre, le Maestro et le public !