LES GRANDS CYCLES DE LA SAISON

Christian Zacharias, Pianist und Dirigent

Christian Zacharias, Pianist und Dirigent / 07.02.2010 / Koelner Philharmonie

Christian Zacharias, Pianist und Dirigent

JCC page 11

JCC page 11

©PHILIPP HORAK www.philipphorak.com

©PHILIPP HORAK www.philipphorak.com

©PHILIPP HORAK www.philipphorak.com

Trois cycles viennent ponctuer cette saison de l’Orchestre National de Lille, nous plongeant dans l’univers de deux compositeurs majeurs de l’histoire de la musique symphonique d’une part, et nous emmenant d’autre part sur les rives du fleuve amour, qui avec la danse, est depuis toujours l’une des plus grandes sources d’inspiration des musiciens.

CYCLE
SCHUMANN

D’amour, il sera question dans le cycle consacré à Schumann. En effet, la figure de Clara, à la fois muse et épouse, concurrente et compagne, est omniprésente dans l’œuvre du compositeur, dont elle fut bien souvent l’interprète. Musicien poète, Robert Schumann puise également son inspiration au cœur de la nature, sur les berges du Rhin, fleuve mythique, symbole de liberté et de puissance mais aussi miroir des souffrances de l’artiste, qui lui dédie sa fameuse Troisième symphonie, dite “Rhénane”.

 

Si Schumann entre en musique par le piano, puis élargit sa palette à la voix, lui dédiant de nombreux Lieder, il aborde enfin l’orchestre, où se déploie son imaginaire. Quatre symphonies, cinq concertos, pour piano mais aussi pour violon et violoncelle, ainsi que d’autres pages symphoniques des plus originales, sont au programme de cette quasi-intégrale d’un des plus grands créateurs romantiques.

 

Pour ce voyage au cœur du romantisme, pas de guide plus sûr que Christian Zacharias, pianiste à la carrière exceptionnelle, devenu un chef d’orchestre tout aussi remarquable, en particulier à la tête de l’Orchestre de chambre de Lausanne. Un musicien unique, alliant virtuosité, réflexion et sensibilité pour un cycle aux couleurs de la passion.

 

INFOS

Lille
Nouveau Siècle

 

CYCLE
L’AMOUR & LA DANSE

Depuis l’aube de l’humanité, le sentiment amoureux semble être la pierre angulaire de l’art musical, inspirant aux compositeurs leurs plus grands chefs-d’œuvre. La danse elle aussi fait partie intégrante de l’histoire musicale : ses rythmes structurent le répertoire symphonique, du menuet de la période classique aux danses populaires, valses et autres boléros émaillant la musique du XXème siècle.

 

Souvent danse et sentiment amoureux joignent leurs effets, à l’image de Prokofiev qui offre en 1935 la première adaptation chorégraphique de la tragédie de Shakespeare Roméo et Juliette, ou lorsqu’à l’opéra la danse devient le vecteur de la passion vénéneuse, comme dans Salomé où l’héroïne éponyme obtient les faveurs d’un Hérode éperdu d’amour grâce à sa Danse des sept voiles.

 

Toutes les passions amoureuses ont trouvé une expression musicale : passion débridée de Don Juan, passion orgiaque confinant à l’extase chez Scriabine, passion fatale d’une “reine d’Égypte, dévorée de remords et empoisonnée par la morsure d’un serpent” chez Berlioz, passion à la sérénité nostalgique d’un couple parvenu au terme de son chemin terrestre avec Strauss.

 

Un véritable kaléidoscope de sentiments pour un cycle tout en nuances.

 

INFOS

Lille
Nouveau Siècle

1ER, 3 DÉC.

Roméo et Juliette

 

19, 20, 21, 24, 25 JANV.

Poème de l’Extase

 

2, 3, 4 MARS

Don Juan

Direction Jean-Claude Casadesus

 

 

 

 

 

 

 

 

CYCLE
BEETHOVEN

Troisième cycle de la saison, avec cette figure tutélaire de la musique qu’est Ludwig van Beethoven. Monstre sacré du répertoire symphonique et concertant, Beethoven nous a laissé cinq concertos pour piano, ainsi qu’un très original triple concerto, autant de chefs-d’œuvre d’un compositeur interprète parvenu au sommet de ses moyens, achevant le premier alors que le XVIIIème siècle touche à sa fin, le cinquième, le célébrissime “Empereur”, une quinzaine d’années plus tard, à l’aube du romantisme.

 

Cinq concertos réunis en deux programmes, joués et dirigés par le plus fameux représentant actuel de l’école viennoise du piano, Rudolf Buchbinder, qui a interprété ces concertos dans le monde entier, et les a enregistrés avec rien moins que l’Orchestre philharmonique de Vienne. Des œuvres mythiques par un maître absolu du clavier, pour un cycle d’exception.

 

INFOS

Lille
Nouveau Siècle